Quand les rockeurs brûlent les planches

Une pièce débridée de Pierre Rigal sur le rock en particulier et la créativité en général.

Un guitariste électrique, un batteur, un bassiste et un chanteur : depuis la naissance du rock, à la fin des années 1950, ces composantes sont toujours agencées de manière similaire dans les concerts. À chacun son instrument, sa place et son remuement de tête distinctif. Le chorégraphe et danseur Pierre Rigal trouve tout cela bien conventionnel : pourquoi ne pas insuffler un peu de renouveau, de fantaisie, dans ce genre musical ? C’est la question qu’il pose avec subtilité dans sa dernière création, Micro…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents