Un scrutin serré

Le succès n’est pas discutable. Il n’est d’ailleurs contesté que par quelques grincheux à l’UMP autour de Jean-François Copé. Avec plus de 2,5 millions de votants, la primaire organisée par le Parti socialiste a rempli les bureaux de vote au-delà des prévisions des caciques de la rue de Solferino. Conséquence de cette affluence : le PS estimait lundi avoir collecté « entre 3,2 et 3,7 millions d’euros » auprès des votants, couvrant ainsi à peu près l’ensemble des frais engagés pour l’organisation matérielle…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Le goût subtil de la gentrification

Société
par ,

 lire   partager

Articles récents