Amérique éternelle

Avec son sixième album, le groupe Blitzen Trapper s’immerge dans un rock US millésimé.

On se souvient encore d’un Blitzen Trapper bruyant, grinçant, anguleux. C’était en 2007, avec l’album Wild Mountain Nation , qui pouvait aussi bien évoquer Captain Beefheart, The Fall ou Sonic Youth, et sonner autant anglais qu’américain, même si pointaient déjà banjos, pedal-steel guitar et harmonica. Eric Earley, qui écrit tous les morceaux et montre autant de talent dans ses commentaires que dans ses compositions, l’a un jour comparé à un disque écrit par un épouvantail alcoolique qui aurait été traîné…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.