Colossal Sonny Rollins

Le géant du jazz joue à l’Olympia. Retour sur
un parcours hors norme.

Lorraine Soliman  • 10 novembre 2011 abonné·es

Tenor Madness, Saxophone Colossus, The Bridge, trois albums qui font frémir l’histoire du jazz. Trois phares qui en disent long sur le parcours hors norme de Theodore Walter « Sonny » Rollins, sans pour autant contenir son immense diversité. On est alors entre 1956 et 1962, période charnière dans la vie de ce monument du saxophone ténor. Les premières fondations sont posées. Rollins a fait ses armes (sur scène et

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Musique
Temps de lecture : 4 minutes