Colossal Sonny Rollins

Le géant du jazz joue à l’Olympia. Retour sur
un parcours hors norme.

Tenor Madness, Saxophone Colossus, The Bridge, trois albums qui font frémir l’histoire du jazz. Trois phares qui en disent long sur le parcours hors norme de Theodore Walter « Sonny » Rollins, sans pour autant contenir son immense diversité. On est alors entre 1956 et 1962, période charnière dans la vie de ce monument du saxophone ténor. Les premières fondations sont posées. Rollins a fait ses armes (sur scène et en studio) auprès des plus grands de son temps, les Bud Powell, Art Blakey, Fats Navarro, J.J.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents