De quoi Berlusconi était-il le nom ?

Nous l’avons si intensément voulu, et si longtemps attendu, ce départ de Silvio Berlusconi, que l’on ne va sûrement pas le regretter aujourd’hui. Mais les conditions de sa chute nous invitent à la retenue et à la réflexion. Celui que la rue italienne avait fini par surnommer le « bouffon » n’est pas tombé, comme on aurait pu l’espérer, à la suite d’une défaite électorale ; il n’a pas été poussé à la démission par une mobilisation populaire ; il n’a pas non plus été mis hors d’état de nuire par la Justice.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.