PSA : mensonges d’État

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


«Il n’y aura pas de plan social en France chez PSA» , a martelé Nicolas Sarkozy. Mais alors, comment qualifier la suppression de 5 000 postes chez PSA Peugeot Citroën en France, annoncée le 15 novembre ? 1 900 CDI supprimés et plus de 3 100 intérimaires et prestataires extérieurs qui arrêteront leur collaboration…

Si les syndicats estiment avoir remporté la bataille des chiffres, la bataille des mots, elle, continue. Il n’y aura « aucun licenciement, ni aucun plan de départ volontaire » , a martelé sur RTL le ministre de l’Industrie, Éric Besson. Mot pour mot le langage de Philippe Varin, le PDG d’un groupe, qui pousse par ailleurs ses salariés dans des « cellules de mobilité ».

Jean-Pierre Mercier, délégué CGT à l’usine d’Aulnay-Sous-Bois (93), n’est pas dupe : « Sarkozy a juré que les salariés pourraient être reclassés “à l’extérieur”, ce qui prouve bien qu’ils vont partir. Quant aux intérimaires et prestataires qui se retrouveront à Pôle emploi, leur sort n’est même pas évoqué ! »

Depuis qu’en juin dernier un document confidentiel de la direction a fuité, évoquant la fermeture des sites d’Aulnay-sous-Bois, de Sevelnord (Nord) et de Madrid, chez PSA, on ne croit plus aux promesses. « Dans les usines Peugeot, dit Jean-Pierre Mercier, tout le monde se souvient de Gandrange » , quand le candidat Nicolas Sarkozy avait promis de sauver l’aciérie détenue par Arcelor-Mittal, fermée un an plus tard. Entre les départs en retraite et l’externalisation des activités, 20 000 postes ont disparu à PSA France depuis 2004. En silence.
« Il y a une complicité évidente entre la direction du groupe et un gouvernement en campagne qui a donné des millions d’euros de subventions à PSA : ni l’un ni l’autre n’ont intérêt à appeler un chat un chat ! » , tempête Jean-Pierre Mercier. Une négation de la réalité au plus haut niveau de l’État qui laissera des traces indélébiles.


Haut de page

Voir aussi

Le bac des uns et le bac des autres

Culture
par ,

 lire   partager

Articles récents