« Squat », un film à la rencontre des militants Barcelonais

Christophe Coello a filmé des squatteurs barcelonnais pendant huit ans. Un film à la rencontre de ceux qui ont choisi de s'unir pour combattre la précarité.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Assises en tailleur dans l'obscurité du « magasin gratuit » installé au rez-de-chaussée d'un bâtiment qu'elles squattent, trois trentenaires devisent longuement. Elles parlent de précarité et du quotidien des milliers de gens isolés, qui endurent les mêmes difficultés pour boucler leurs fins de mois. « Seule, c'est beaucoup plus dur , imagine l'une d'elles. Aller faire de la récup' toute seule sur les marchés, ce n'est pas terrible. Voler toute seule, ça me fait peur. En fait, sans cette force collective, je ne pourrais pas faire ce que je fais. »

« La ville est à nous »

Avec Squat , Christophe Coello s'installe aux côtés du collectif «  Miles de viviendas  » (« des milliers de logements »), une camaraderie heureuse et hétéroclite qui vit de débrouille, sillonnant Barcelone de squat en squat. La bande s'organise pour ouvrir de nouveaux lieux de vie, au gré des expulsions, et multiplie les actions militantes contre la pression des promoteurs immobiliers.

Squat est une immersion discrète dans un quotidien collectif qui transpire la politique. Une plongée dans l'Espagne des indignados . Une heure trente dans le quotidien de Gloria, Vicente, Ada - dont on ignore tout – combattants acharnés de la spéculation immobilière et des promoteurs qui expulsent des familles.

Mais cette ode à l'action collective papillonne d'un lieu à l'autre, sans nous permettre d'entrer dans l'intimité de ces militants. Un jour dans une assemblée populaire de quartier avec des habitants menacés d'expulsion, un autre parmi les « indignés » qui envahissent le siège de l'agence logement de la mairie de Barcelone, ou chez un marchand d'armes... L'enchainement parfois décousu laisse quelques questions en route.

Squat , la bande annonce : *


Squat , la ville est à nous de Christophe Coello, le 2 novembre au cinéma.

-www.squat-lefilm.com

Haut de page

Voir aussi

Articles récents