Un comte sachant conter

Nouveau trublion du one man show, le comte
de Bouderbala raccorde avec jubilation l’intime
et l’universel.
À l’Alhambra, à Paris.

Le garçon est poli. Et commence par se présenter. Il est « le seul Arabe né avec une tête de Portugais et un corps de Turc » . Faudra bien faire avec. Nom de scène : Bouderbala. Titre de noblesse : comte. Résidence : Saint-Denis. Bourdebala signifiant en arabe « guenilles », ou « haillons », Saint-Denis abritant ses rois de France et ses gueux. Voilà qui augure du reste sur une scène dépouillée, sans décor, sans accessoires, sans artifices. Et le comte fameux d’attaquer en touches impressionnistes par les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents