Corée du Nord : mort d’un dictateur, et après ?

Politis  • 22 décembre 2011
Partager :

La mort du dictateur Kim Jong-il va-t-elle marquer un tournant dans l’histoire politique de la Corée du Nord ? Peut-on imaginer le début d’une « perestroïka » coréenne dans ce pays victime de la plus folle et de la plus anachronique des dictatures staliniennes ? C’est hélas peu probable. Kim Jong-Il, malade depuis de nombreuses années, a eu tout le temps de préparer sa succession, confiée à son fils Kim Jong-un, qui risque de perpétuer la dynastie inaugurée par son grand père, Kim Il-sung. En attendant, la population fait les frais de ce régime ubuesque. En 2005, le Programme alimentaire mondial (PAM) estimait que la moitié de la population était sous-alimentée et que plus du tiers des habitants souffrait de malnutrition chronique.

Monde
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don