Didier Fassin : la guerre invisible en banlieue

Didier Fassin a fait œuvre d’ethnographe en suivant durant quinze mois les patrouilles d’une brigade anti-criminalité.

À côté d’un sentiment récurrent d’indignation devant les pratiques scandaleuses, volontiers violentes et racistes, des policiers de la Brigade anti-criminalité (BAC) qu’a suivis Didier Fassin, on a aussi, à la lecture de son livre, l’impression étrange qu’il ne se passe quasiment rien de grave en banlieue. Du moins dans les quartiers qu’il a fréquentés. Point de fusillades, point de dealers contrôlant une partie de territoire, point de « zones de non-droit » où la police n’ose pénétrer. Très rares sont les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.