Habitat et humanisme veut attaquer la crise de l’immobilier à la racine

Par la voix de son président, l'association lance un appel à la construction massive de logements en France.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Agir ponctuellement et à la racine contre la crise du logement via le Plan local d’urbanisme (PLU), c’est le sens de l’appel de Bernard Devert, prêtre de son état et président-fondateur d’Habitat et humanisme, une fédération reconnue d’utilité publique qui agit depuis 25 ans en faveur du logement et de l'insertion des personnes en difficulté.

Son idée : au moyen du PLU, les élus communaux devraient « augmenter les droits à construire de 30 à 40 % » et « délivrer des permis de construire précisant la destination des logements » . Habitat et humanisme propose que 30 % du programme concerne des logements très sociaux, autant pour le logement non-aidé et 40 % pour les constructions à vocation intermédiaire.

« La situation du logement est suffisamment grave pour mettre un terme à un marché débridé qui fait qu’une fraction importante de nos concitoyens est condamnée à la fragilité » , estime Bernard Devert. À l’heure où environ 9 millions de logements manquent sur le territoire national, où les prix du foncier n’en finissent plus d’augmenter (+ 140 % en 7 ans), où le salaire médian stagne (hausse inférieure à 25 % sur ces 7 mêmes dernières années), l’urgence est de construire tout en cassant la spéculation.

Il faut accroître la densité urbaine tout en maîtrisant l’accessibilité des nouveaux logements aux populations les plus fragiles. « Il ne s’agit pas de demander à l’Etat ou aux collectivités locales touchées par la crise des finances publiques d’augmenter les aides, qui ne font d’ailleurs que renchérir le coût du foncier dès lors que ce qui est gagné sur le plan fiscal est perdu par la valorisation des terrains , estime me président d'Habitat et humanisme. Il s’agit de penser autrement l’acte de construire pour l’orienter fermement et délibérément au regard de l’urgence de l’heure pour des quartiers plus ouverts et équilibrés » .

En attendant la campagne présidentielle et des réponses plus ambitieuses à la crise de l’immobilier, l'appel est à signer en écrivant à communication@habitat-humanisme.org.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents