Jon face aux vents

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Grand Prix du jury au Festival international des films sur la ruralité 2011, Jon face aux vents, de Corto Fajal, transporte le spectateur au pays des Samis, un peuple nomade qui occupe de vastes terres polaires s’étendant de la Norvège à la Russie, pour suivre un éleveur de rennes, par ailleurs artisan menuisier et jeune papa.

L’occasion de découvrir un mode de vie hybride, entre traditions et franche modernité, et d’interroger notre propre rapport à la nature ainsi qu’à la propriété.

Même si Corto Fajal ne suscite pas d’intenses émotions ni ne fait preuve de virtuosité cinématographique, son documentaire est un bel éloge de cette nature rude et splendide.


Jon face aux vents, Corto Fajal, 1 h 17.

Haut de page

Voir aussi

Articles récents