La crise, une aubaine pour le candidat Sarkozy

Pour achever son quinquennat mortifère, au terme duquel il n’a tenu aucune de ses promesses – « Ensemble, tout devient possible » , disait-il… –, Nicolas Sarkozy ne pouvait rêver mieux que l’irruption d’un heureux événement. Non, pas celui-là ! Un autre, d’une portée historique plus affirmée. Une crise financière, par exemple. L’une des plus graves que le capitalisme a connues. Et si c’était une aubaine pour Nicolas Sarkozy, à moins de six mois du premier tour de la présidentielle ? Drôle de question ?…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents