La crise, une aubaine pour le candidat Sarkozy

Christophe Kantcheff  • 8 décembre 2011 abonné·es

Pour achever son quinquennat mortifère, au terme duquel il n’a tenu aucune de ses promesses –  « Ensemble, tout devient possible » , disait-il… –, Nicolas Sarkozy ne pouvait rêver mieux que l’irruption d’un heureux événement. Non, pas celui-là ! Un autre, d’une portée historique plus affirmée. Une crise financière, par exemple. L’une des plus graves que le capitalisme a connues. Et si

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 4 minutes