L’antre des Chibanis

« Invisibles », de Nasser Djemaï : une fois âgés
que deviennent les travailleurs immigrés algériens ?

Anaïs Heluin  • 8 décembre 2011 abonné·es
Un espace presque nu, austère. Seules quatre chaises et une table pour figurer un lieu oublié. Un foyer de vieux Chibanis à la retraite replié sur lui-même, au quotidien morne et bien réglé. « La santé. Les papiers. La mosquée. C’est tout ce qui reste ! »  : tel un refrain, ce constat mi-amer mi-ironique résume bien le sujet et le ton de la dernière pièce écrite et mise en scène
Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Culture
Temps de lecture : 2 minutes