Sale temps pour les assoc’

Les associations ont vu fondre leurs fonds publics en 2010. Quelles conséquences pour les usagers ?

Les associations françaises devront-elles à l’avenir se passer de financements publics ? Un scénario de plus en plus probable si l’on en croit une étude 1 publiée la semaine dernière : 77 % des acteurs associatifs interrogés estiment que la part des fonds publics, qui financent aujourd’hui environ la moitié de leur budget, ne représentera qu’une « part mineure » de leurs ressources en 2020. En cause, la décentralisation, les déficits publics et les choix politiques qui ont conduit l’État à ralentir…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.