Syndicalisme, Un droit foulé aux pieds

La Fondation Copernic révèle l’augmentation des discriminations syndicales et la faiblesse des moyens juridiques pour y faire face.

Thierry Brun  • 22 décembre 2011 abonné·es

Être syndicaliste chez un sous-traitant du nucléaire n’est pas une sinécure. Philippe Billard, travailleur de l’industrie nucléaire et « irradié » , après onze ans passés chez Endel, filiale de GDF-Suez, confie qu’il est actuellement « au placard depuis janvier 2009 et victime de discrimination salariale » sur son lieu de travail, à la centrale nucléaire de Paluel, en Seine-Maritime. Ce délégué du personnel, syndiqué à la CGT, est engagé depuis plus de dix ans dans une guerre de procédure pour discrimination syndicale, parce qu’il a voulu faire respecter une loi protégeant les salariés lors d’une reprise de contrat par un sous-traitant.

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Société Travail
Temps de lecture : 6 minutes