Un sacré malentendu

Conspué par les chrétiens ultras, Rodrigo Garcia invite
en fait à la méditation.

C’est le temps des malentendus. Fascinés par le Christ, Castellucci et Garcia se font conspuer par les chrétiens ultras. Mais l’Hispano-Argentin est moins en communion – si l’on ose dire – avec l’homme des Évangiles que l’Italien. Dans Golgota Picnic, Rodrigo Garcia assimile le christianisme et le libéralisme, qui, pour lui, détruisent l’individu par la consommation et l’uniformisation. D’ailleurs, dans la mise en scène et le décor signés par l’auteur lui-même, le sol est jonché de ces pains avec lesquels…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Des écrans de fumée ?

Pédopsy : Nos futurs
par ,

Blog

 lire   partager

Articles récents