Amara, l’homme de tous les printemps

Figure du mouvement social, le fondateur de Droits devant !! raconte les combats d’une vie.

Quand, un jour d’hiver 1954, l’abbé Pierre lui prend la main pour lui présenter les occupants d’un camp de sans-abri à Paris, Jean-Claude Amara a seulement 8 ans. Ce fils d’immigré algérien vit dans le quartier Mouffetard, délabré, où il verra plus tard un ami se faire torturer dans un commissariat du préfet Papon. C’est là aussi qu’il apprendra la mort sur le sol algérien de son frère aîné, militant de la Libération, assassiné en « opération de nettoyage » peu avant la fin de cent trente-deux années de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Corps volants et coudes serrés

Culture accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents