Croix-Rouge : les salariés en colère

Avantages sociaux menacés, destructions d'emplois régulières, entraves et contournement par la direction des représentants du personnel : parmi les 18 000 salariés de la Croix-Rouge française, la grogne monte.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Dans un communiqué publié début janvier, quatre organisations syndicales (CFE-CGC, CFTC, CGT et FO) disent le ras-de-bol des salariés de la Croix-Rouge française.  « Il y a vraiment un grand mécontentement, un cumul de situations , confie Anne Tacquet, secrétaire du Comité central d'entreprise et secrétaire générale CGT. « On fait rarement parler de nous, mais là ça suffit. Depuis au moins ces trois dernières années, le dialogue social est en régression importante et les valeurs de la Croix-Rouge française – humanité, neutralité, indépendance, unité, impartialité... – ne sont pas respectées » . La syndicaliste va plus loin : « Je pense que le directeur général des services y est pour beaucoup. Je pense aussi que la Croix-Rouge répond assez aisément à des demandes du gouvernement [développement de certaines filières sans financement ad hoc, par exemple] , alors qu’elle pourrait le faire en ayant ses propres exigences et en défendant un service de qualité » .

Des menaces sur la convention collective

Les organisations syndicales dénoncent d'abord la création, l'an dernier, de l'association « Croix Rouge Insertion » et avec elle l’application d’une convention collective moins-disante, qui instaure une discrimination vis-à-vis des salariés sous la convention collective actuelle (dont la valeur a déjà été revue à la baisse). « Nous avions fait des concessions, mais visiblement aujourd'hui, les quelques avantages conservés coûtent encore trop cher, constate Eric Laurent (CFE-CGC) . Les documents du conseil d'administration sont relativement clairs : les coûts salariaux sont trop élevés » .

Pour Jean-François Riffaud, porte-parole de la Croix-Rouge française, les activités de l’association « ne doivent pas générer de pertes. Il aurait été irresponsable de se lancer dans le champ de l’insertion avec un modèle qui ne tiendrait pas un an » . L'association, dans un moment où les difficultés sociales se multiplient, a voulu diversifier son activité. Mais, confrontée à une diminution des subventions du gouvernement, elle a fait le choix de réduire ses coûts. Et en a trouvé le moyen en n’appliquant pas sa convention collective : la création d’une structure juridique dédiée à cette nouvelle activité permet à une autre convention de s’y substituer. En l’occurrence, la convention Synesis, signée récemment par les partenaires sociaux du secteur de l’insertion mais moins-disante par rapport à celle de la Croix-Rouge.

Si l’application d’une convention adaptée à un secteur peut paraître « légitime et logique » pour le porte-parole de l’association, il est inquiétant de constater qu’elle a surtout été la « seule solution » trouvée pour contourner les difficultés d’un « modèle économique fragile » . Alors que d'autres filières sont en délicatesse -l'aide à domicile notamment-, les syndicats s’interrogent : s'oriente-t-on vers une multiplication des conventions au rabais ? « Nous avons aussi très peur que notre convention prenne le même chemin que celle de la Fehap [Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne, autre employeur de la branche sanitaire, sociale et médico-sociale, ndlr] – qui a d’ores et déjà été partiellement dénoncée » , confie Jean-Pierre Magnan (FO). 

« Un Plan de sauvegarde de l’emploi permanent »

Depuis le 29 novembre, la Croix-Rouge a ouvert un « plan de sauvegarde de l’emploi » (PSE) pour organiser le reclassement (ou le licenciement) de 84 salariés dont les postes seront bientôt supprimés « par fatalité, pour des raisons économiques » , selon Jean-François Riffaud. Pour Jean-Pierre Magnan, si tous les établissements visés ont bien des difficultés, c'est « à cause de leur mauvaise gestion. (...)  On y répond par un PSE, mais ça ne va rien régler » . Ce n'est pas tout : « Depuis des mois, pour éviter les PSE successifs, la Croix-Rouge utilise un plan de ' volontariat au départ ' , certes soumis aux instances de représentation du personnel, mais c’est en fait un PSE permanent déguisé » , explique Eric Laurent.

C'est donc une politique de l'emploi bien pernicieuse et «  une certaine incompétence » que dénoncent les organisations syndicales, qui pointent également les nombreux litiges échouant souvent aux Prud’hommes. C'est aussi la stratégie globale de la Croix-Rouge qui déconcerte, l'association reprenant de nombreux établissements en situation difficile, voire largement déficitaire. Pour Anne Tacquet, « il faut mieux réfléchir sur ce qu’on doit faire, avec qui et comment. On ne peut pas lancer des projets n’importe comment et certainement pas au détriment des salariés en place » .

Evincés du conseil d’administration

Cerise sur ce gâteau empoisonné : une révision des statuts, qui pourrait être votée en assemblée générale le 20 janvier prochain, prévoit de retirer aux salariés leur statut de « membre consultatif » au Conseil d'administration. Représentant 18 000 personnes pour 50 000 bénévoles, les salariés de la Croix-Rouge tenaient « simplement à participer aux discussions, dire ce qui se passe dans la maison en tant que salarié, avoir un temps de parole , explique Eric Laurent. Là maintenant, on n’aura plus rien ! » .

Par cette révision, la Croix-Rouge répond aux recommandations du Conseil d’État, qui refuse qu'on différencie membres délibératifs (bénévoles) et consultatifs (salariés). La CGT proposait bien d'attribuer aux salariés le statut de « membres invités », mais elle n'a pas été entendue. En guise de compensation, la direction invite deux membres du comité central d’entreprise à participer deux fois par an aux conseils d'administration relatifs au budget. Mais cette disposition existe déjà : elle n'a simplement jamais été mise en œuvre.  « C’est une régression importante et un choix délibéré de la direction », estime Anne Tacquet. Une anicroche supplémentaire qui pousse certains salariés à communiquer vers l'extérieur et à rencontrer les élus locaux pour les sensibiliser à toutes ces problématiques.


Photo : LIONEL BONAVENTURE / AFP

Haut de page

Voir aussi

Articles récents