Délinquance : les chiffres ne suivent pas les discours

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


La lutte contre l’insécurité n’échappe pas à la règle de l’échec du sarkozysme. Derrière les satisfecit du ministre de l’Intérieur, les derniers chiffres de la délinquance présentés mardi ne sont pas bons. Les cambriolages ont augmenté de 17 % en 2011 – la faute aux « raids menés par des personnes originaires d’Europe centrale et orientale (sic !), parce que ce sont des gens qui passent d’un pays à l’autre très rapidement » , selon Claude Guéant.

Les violences aux personnes ont continué d’augmenter (0,1 %). « L’exceptionnelle “guerre à la délinquance” décrétée en 2002 a donné des résultats objectivement très décevants, analyse le sociologue Laurent Mucchielli. Les grands discours ne semblent avoir eu que de petits effets » .


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.