Free Mobile : consommateur vs salarié ?

Cet article est en accès libre. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas se financer avec la publicité. C’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance : achetez Politis, abonnez-vous.


Avec son forfait mobile illimité sans engagement à 19,99 euros et une offre sociale à 2 euros, Free a botté les fesses des trois oligarques du marché qui se complaisaient dans leur non-rivalité. Bénéficiant, légitimement, d’un fort écho médiatique, Free Mobile aurait déjà séduit 500 000 abonnés. Il faut toutefois pointer des mésaventures d’utilisateurs, une clause abusive dans les contrats, la probable augmentation ultérieure de ces « tarifs de lancement » , la non-subvention du téléphone… Par ailleurs, si Free fait 40 % de marge dans l’Internet et casse ainsi les prix du mobile, c’est grâce à sa « structure légère »  : peu de salariés, peu de boutiques, hotline médiocre. De quoi inquiéter les syndicats.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.