Free Mobile : consommateur vs salarié ?

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Avec son forfait mobile illimité sans engagement à 19,99 euros et une offre sociale à 2 euros, Free a botté les fesses des trois oligarques du marché qui se complaisaient dans leur non-rivalité. Bénéficiant, légitimement, d’un fort écho médiatique, Free Mobile aurait déjà séduit 500 000 abonnés. Il faut toutefois pointer des mésaventures d’utilisateurs, une clause abusive dans les contrats, la probable augmentation ultérieure de ces « tarifs de lancement » , la non-subvention du téléphone… Par ailleurs, si Free fait 40 % de marge dans l’Internet et casse ainsi les prix du mobile, c’est grâce à sa « structure légère »  : peu de salariés, peu de boutiques, hotline médiocre. De quoi inquiéter les syndicats.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.