Gilles Jacquier, une mort suspecte

Jacques Duplessy se trouvait aux côtés du reporter de France 2 quand celui-ci a été tué par un obus de mortier à Homs. Il évoque la possibilité d’un traquenard organisé par le régime de Bachar Al-Assad.

Quartier d’Akramah, à Homs, en Syrie, mercredi 11 janvier, 15h30. Quatre obus s’abattent près de nous. Gilles Jacquier, grand reporter à France 2, est tué dans la dernière explosion. Mon photographe Steven Wassenaar est blessé, ainsi que le fixeur du photographe de l’AFP, le caméraman de Gilles et une interprète libanaise. La télévision syrienne donnera un bilan de 9 morts et d’une vingtaine de blessés. Nous étions arrivés à Homs deux heures auparavant dans le cadre d’un voyage organisé sous l’égide du…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.