La LPO, drôle d’oiseau

Un siècle après sa fondation, la Ligue pour la protection des oiseaux, qui emploie 400 salariés, se bat toujours bec et ongles.

Claude-Marie Vadrot  • 12 janvier 2012 abonné·es

Il y a tout juste un siècle, une bande de joyeux chasseurs parisiens débarquait sur l’île de Rouzic, au large de Perros-Guirec, dans le département des Côtes-d’Armor, alors connu sous le nom de Côtes-du-Nord. Ils abattaient en quelques heures plusieurs centaines de macareux moines, également appelés perroquets de mer. Pour le « plaisir » de la chasse, car ces oiseaux sont rigoureusement immangeables. Même satisfaction douteuse que celle des

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Écologie
Temps de lecture : 5 minutes