Le bateau France coule au large de l’Italie. Le capitaine n’est pas mis en prison…

Claude-Marie Vadrot  • 15 janvier 2012
Partager :

Cela devait un jour arriver, le paquebot France a commencé de sombrer au large de l’Italie avant de gagner la Grèce. Il a heurté de plein fouet un rocher signalé depuis longtemps sur les cartes des économistes atterrés. Ceux qui expliquent depuis des années qu’à force de charger la barque, elle finirait par couler. Avec ses passagers transis et son équipage reprenant en coeur « Plus prés de toi mon vieux ». Le capitaine et son second ont beau jurer que ce n’est pas aussi grave que le racontent ceux qui veulent être Calife à la place du Calife, les dégats sont indéniables et la tempête sociale et économique n’est pas sur le point de s’apaiser.

La croisière du paquebot France ne s’amuse plus du tout et les victimes du Commandant et des vigies lointaines et américaines qui prétendent piloter tous les navires du monde, vont être nombreuses. Réfugié dans son phare, le responsable du bateau France ne dit rien, laissant son second blâmer les éléments, les vents contraires tout en expliquant qu’il est facile de renflouer le bateau en demandant un nouveau coup de main aux passagers. Le Commandant sera de toute évidence le dernier à quitter le navire, mais les femmes et les enfants ne sont pas prés de lui pardonner d’avoir déréglé le GPS du paquebot national. Au point de faire perdre le Nord à 30 % de ses passagers…

Le capitaine, silencieux et réfugié dans sa dunette Elyséenne de l’Enfer grec, ne donne aucune explication sur les circonstances de la catastrophe.

Publié dans
Les blogs et Les blogs invités
Temps de lecture : 1 minute
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don