ONJ, la belle aventure

Un quart de siècle d’audace créative, c’est la réussite de l’Orchestre national de jazz.

Si la création d’un Orchestre national de jazz subventionné par le ministère de la Culture en 1986 a pu faire grincer des dents et redouter notamment un contresens dangereux pour le jazz et son « naturel aventurier », on est bien loin, aujourd’hui, des craintes et des railleries initiales. C’est que l’orchestre à vocation nationale et internationale mené par neuf directeurs successifs, et non des moindres, a rapidement fait ses preuves. Du décrié « Jazz Lang Band », tel qu’on le surnommait alors, on est…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents