À Lille pour Sarkozy, « le travail c’est la vie »

Opposition entre la France qui travail et l’« assistanat », mise au pas des chômeurs, fausse condamnation des excès de la finance comme en 2007 : à Lille, Nicolas Sarkozy a revisité les grands fondamentaux de la droite.

Xavier Frison  • 24 février 2012
Partager :
À Lille pour Sarkozy, « le travail c’est la vie »
© Photo : DENIS CHARLET / AFP

Illustration - À Lille pour Sarkozy, « le travail c'est la vie »

Après la France, le travail. Pour son troisième meeting, à Lille, Nicolas Sarkozy a poursuivi sa campagne comme il l’a commencée, bien calé sur sa droite. En ce 24 février, le président-candidat est venu « parler à la France qui travaille » , et encenser cette « valeur cardinale de la République française » . Face à la « France qui veut vivre de son travail » , la « communauté humaine » de l’entreprise, Nicolas Sarkozy fustige ces inactifs qui se vautrent dans « l’assistanat » . Le chômage peut bien exploser tous les plafonds et le travail manquer pour tous, par la faute d’une économie laissée aux mains du libéralisme le plus débridé, qu’importe : «  Il ne faut pas travailler moins, il faut travailler davantage » , répètera deux fois le candidat de l’UMP. Et gare aux oisifs : Nicolas Sarkozy ne veut pas que « celui qui bénéficie de la solidarité abuse de la situation » . Sans parler des habitants de ces maudits « quartiers » , où « c’est plus facile de gagner sa vie en trafiquant » .

La salle, garnie comme à Marseille des seuls drapeaux bleu-blanc-rouge, gronde d’aise. Les longues diatribes sur la « moralisation du capitalisme financier » , la suppression nécessaire des retraites chapeau et des parachutes dorés ont beaucoup moins de succès. Parce que l’assistance se sent directement concernée, ou parce que ce noble projet resté lettre morte était déjà dans les cartons dès 2007, puis encore en 2008 ?

Jamais oubliée, en revanche, la stigmatisation des chômeurs et leur mise au pas est au coeur du discours. Pour eux, Nioclas Sarkozy réserve sept heures « d’activité d’intérêt général » obligatoire par semaine, rajoutant deux heures à la proposition du courant « Droite sociale » de Laurent Wauquiez. Quant au maintien du RSA, il serait conditionné à une évaluation périodique, tous les 18 mois, des efforts entrepris par le bénéficiaire pour retrouver un emploi. Enfin, chômeurs, « on doit accepter l’emploi que l’on vous propose » , quel qu’il soit, où qu’il soit. Tonnerre d’applaudissements dans la salle.

Après le déroulé des autres propositions déjà formulées sur le plateau du 20h de France 2 ce mercredi, de nombreuses piques contre François Hollande et les trois sempiternels exemples de Alstom, Photowatt et Lejaby pour tous succès de la sauvegarde de l’industrie française, Nicolas Sarkozy s’en est allé comme à Marseille, en implorant l’aide de ses troupes : « Aidez-moi à construire une France plus forte. J’ai besoin de vous, j’ai besoin de votre énergie. Aidez-moi ! »

Politique
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don.

Chaque jour, Politis donne une voix à celles et ceux qui ne l’ont pas, pour favoriser des prises de conscience politiques et le débat d’idées, par ses enquêtes, reportages et analyses. Parce que chez Politis, on pense que l’émancipation de chacun·e et la vitalité de notre démocratie dépendent (aussi) d’une information libre et indépendante.

Faire Un Don

Pour aller plus loin…

Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches
Fiscalité 21 juin 2024

Impôt sur la fortune : le cadeau que veut faire le RN aux plus riches

Dans son programme, le Rassemblement national veut supprimer l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) pour le remplacer par un impôt sur les fortunes financières (IFF). Un beau cadeau, uniquement à destination des 1 % les plus riches.
Par Pierre Jequier-Zalc
Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres
Économie 21 juin 2024

Accusé d’incompétence économique, le Nouveau Front populaire sort les chiffres

L’alliance des gauches se positionne pour une politique de relance et d’investissements massifs. Un chiffrage permettant de financer un programme de « rupture immédiate et claire avec la politique d’Emmanuel Macron ».
Par Lucas Sarafian
« Vous avez déjà entendu le RN parler de patriarcat ? »
Entretien 21 juin 2024

« Vous avez déjà entendu le RN parler de patriarcat ? »

Alors que le Planning familial a appelé à voter pour le Nouveau Front populaire, Sarah Durocher, sa présidente, revient sur cette décision et appelle à se mobiliser à la manifestation du 23 juin pour préserver les droits des femmes et des personnes LGBTQI+ face à l’extrême droite.
Par Hugo Boursier
Dans l’Essonne, l’optimisme infaillible des « vieilles du porte-à-porte »
Reportage 21 juin 2024

Dans l’Essonne, l’optimisme infaillible des « vieilles du porte-à-porte »

Dans la cinquième circonscription de l’Essonne, la gauche a perdu les dernières législatives à 18 voix près. Reportage à Gif-sur-Yvette sur un porte-à-porte mené par un groupe de retraité.es, optimistes pour faire basculer la « swing circo ».
Par Pauline Migevant