Dossier : Finie, la guerre d'Algérie ?

Ceux qui sont restés

Cinquante ans après la fin de la guerre d’Algérie, une autre lecture s’impose des années qui ont suivi l’indépendance.

Depuis un demi-siècle, une seule thèse domine, jamais remise en question : en 1962, tous les pieds-noirs1 ont quitté l’Algérie, ils n’avaient pas le choix, c’était « la valise ou le cercueil ». Or, un chiffre retrouvé dans les archives du ministère des Affaires étrangères oblige aujourd’hui à revoir en profondeur un tel discours : en janvier 1963, 200 000 Européens et Juifs se trouvaient encore sur le sol de l’ancienne colonie. Soit 20 % de la population totale des Français d’Algérie. À ce moment-là, le…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents