Entre discours et bousculade, les politiques au chevet du peuple grec

Jean-Luc Mélenchon, Gérard Schivardi, Olivier Besancenot, Nicolas Dupont-Aignan et d'autres ont exprimé leur soutien au peuple grec par une présence symbolique, lundi soir, entre l'ambassade de Grèce et le bureau parisien du FMI. Images.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Illustration - Entre discours et bousculade, les politiques au chevet du peuple grec

À quelques enjambées de l'Arc de triomphe, lundi 13 février peu après 18h30, plusieurs partis politiques s'étaient donnés rendez-vous à proximité de l'ambassade de Grèce et du bureau du FMI à Paris pour partager la colère du peuple grec, après l'adoption dimanche soir d'un énième plan de rigueur.

Le barnum improvisé est un brin tendu. Un petit groupe compact, formé par le Parti ouvrier indépendant (POI) de Gérard Schivardi, entonne un slogan qui sert de toile de fond aux interventions, à l'aide d'une sono juchée à quelques mètres de là, de plusieurs portes-paroles de la gauche. Des élus du Front de gauche, une représentante de l'Unef, Olivier Besancenot, le candidat Jean-Luc Mélenchon prennent brièvement la parole devant environ 200 militants.

La tentative d'intrusion de Nicolas Dupont-Aignan, candidat du mouvement « Debout la République » sera repoussée manu militari par une poignée de militants.


Photo : AFP / Joel Saget

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.