« Il faut un big bang fiscal »

Le syndicaliste Pierre Khalfa définit ce que pourraient être une fiscalité de gauche et une réhabilitation de l’impôt sur le revenu, privilégiant la progressivité de celui-ci et ne faisant plus l’impasse sur le coût du capital.

Thierry Brun  • 16 février 2012 abonné·es

Y a-t-il nécessité aujourd’hui à réhabiliter l’impôt et pourquoi ?

Pierre Khalfa : Depuis une vingtaine d’années, on assiste à une dévalorisation de l’idée même d’impôt, menée par tous les gouvernements : évidemment ceux de droite, mais aussi de gauche. On se souvient de la tribune de Laurent Fabius en août 2001 dans le Monde intitulée : « Baisser les impôts pour préparer l’avenir ». En fait, la droite conservatrice et la gauche social-libérale ont communié dans la ferveur de la baisse des impôts, et on a assisté à une véritable contre-révolution fiscale.

Cette baisse a essentiellement bénéficié aux ménages les plus riches et aux entreprises, en particulier les plus grandes. Les recettes de l’État sont ainsi passées de 22,5 % du PIB en 1982 à 15,1 % en 2009. L’État s’est donc relativement appauvri. On trouve

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Publié dans le dossier
Sarkozy, le baroud de déshonneur
Temps de lecture : 6 minutes