Le scandale du perchloroéthylène

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


L’OMS l’a classé comme cancérigène probable en 1995. Le Danemark et les États-Unis l’ont interdit. Dix études ont prouvé ses effets cancérogènes. Pourtant, en France, le perchloroéthylène continue à être utilisé pour le nettoyage à sec. Très volatil, ce solvant met en danger la santé des personnes habitant à proximité des pressings. Alors que les normes de l’OMS sont de 250 microgrammes par mètre cube, les riverains sont en moyenne exposés à huit fois plus.

À Nice, en décembre 2009, une septuagénaire est morte un an et demi après qu’un pressing s’est installé en dessous de son appartement. L’autopsie a révélé la présence de perchloroéthylène dans la plupart de ses organes. Un arrêté devrait être publié fin 2012 pour interdire la mise en place de nouvelles installations au « perchlo » à proximité des habitations. Des ONG réclament son bannissement pur et simple.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.