L'UMP veut publier le nom des fraudeurs dans la presse

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Xavier Bertrand veut publier le nom des fraudeurs aux allocations familiales dans la presse : le ministre du Travail et des affaires sociales a présenté l'idée le 26 janvier, comme une mesure « dissuasive » . Valérie Rosso-Debord, déléguée générale de l’UMP, y voit même un fondement « pédagogique » .

La Ligue des droits de l'homme a réagi vendredi 3 février dans un communiqué contre « un pas de plus dans la violation des libertés constitutionnelles : la désignation administrative de « boucs émissaires » » . Le ministre veut « renouer avec la condamnation au pilori des délinquants... avant l'exécution de leur peine » , ajoute l'association.

«  D’ores et déjà, l’interconnexion des fichiers des bénéficiaires de prestations sociales et toutes les enquêtes indiquent que l’essentiel de la fraude provient d’employeurs qui cherchent par tous les moyens à ne pas s'acquitter des cotisations correspondant à leurs salariés  » , indique la LDH.

Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement supérieur et figure du mouvement « Droite sociale » (sic), s'était aussi illustré en proposant le 26 octobre 20141 de réserver une partie des logements sociaux aux personnes ayant un emploi, quelques mois après avoir dénoncé le  « cancer »  des  « dérives de l’assistanat » .


Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.