Philippe Poutou : « Ce que Mélenchon ne dira pas »

Le candidat du NPA réaffirme le bien-fondé d’une candidature anticapitaliste autonome du Front de gauche. Il défend l’annulation de la dette, la nationalisation des banques et la sortie du nucléaire.

Erwan Manac'h  • 23 février 2012 abonné·es

Dans une déclaration du 12 février, la Gauche anticapitaliste, courant qui représente 40 % du NPA, évoque « l’impasse patente et grave » de votre candidature et vous invite à rejoindre la « réponse politique unitaire » du Front de gauche. Quelle est votre réaction ?

Philippe Poutou : Je ne partage évidemment pas ce constat. Les temps sont durs pour nous, mais nous avons des choses à dire que Mélenchon ne dira pas. On veut faire entendre une voix anticapitaliste. Il faut dégager Sarkozy, certes, mais nous voulons dire clairement qu’il n’y a rien à attendre du Parti socialiste et de François Hollande. Ce qui sera

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)
Politique
Temps de lecture : 3 minutes