Qui fait la vaisselle ?

Ingrid Merckx  • 9 février 2012
Partager :

Les jours pairs, c’est toi, impairs, c’est moi ? L’égalité domestique, ça ne marche pas comme ça. Dans un couple, les responsabilités et les tâches ne se répartissent pas de manière comptable mais en fonction des affinités, des compétences, des habitudes et… des arrangements. De même que l’égalité se mesure difficilement, elle s’élabore en permanence. Si elle pâtit de rapports de domination séculaires, elle varie aussi en fonction des individus et des périodes de la vie. Qu’est-ce que l’égalité homme-femme dans la sphère privée en 2012 ? Comment se négocie-t-elle ? Les statistiques montrent une légère progression dans le partage des tâches ménagères : les hommes en font un peu plus qu’avant. Mais c’est surtout autour des activités parentales que le partage s’organise et que les rapports de genre évoluent : de jeunes pères expriment le désir de voir le congé paternité allongé, ou de prendre un congé parental à l’occasion d’une naissance, ou bien optent pour une garde partagée en cas de divorce.

Plus couramment, c’est une forme d’alternance qui se met en place entre celui qui accompagne les enfants le matin et celui qui va les chercher le soir, celui qui fait faire les devoirs et celui qui donne le bain… Mais même un couple plutôt égalitaire peut revenir subitement à une répartition sexuée, lors de l’arrivée d’un tiers, par exemple, enfant ou parent dépendant : Madame s’en occupe, Monsieur travaille, car lorsqu’il y a deux salaires à la maison, c’est encore très majoritairement celui de Monsieur le plus élevé. Le choix de suspendre son activité professionnelle pour une femme demeure donc contraint, et dès lors perçu comme une régression, notamment par certaines féministes qui refusent de voir que s’arrêter de travailler peut pourtant être un choix de vie, une manière de repenser l’articulation entre temps de travail et temps familial. Aussi bien pour elle que pour lui, d’ailleurs.

Les inégalités domestiques sont donc toujours extrêmement conditionnées par les inégalités salariales. Tant que celles-ci persisteront, l’égalité réelle aura du mal à progresser, et les femmes ne pourront pas espérer mieux que de gagner un peu plus en autonomie et en cumul des fonctions : femme + mère + professionnelle. Après femme OU mère OU professionnelle, c’est une victoire fondamentale, mais aussi une bataille quotidienne dans une société qui n’a pas encore suivi le mouvement.

Publié dans le dossier
Qui fait la vaisselle ?
Temps de lecture : 2 minutes
Soutenez Politis, faites un don !

Envie de soutenir le journal autrement qu’en vous abonnant ? Faites un don et déduisez-le de vos impôts ! Même quelques euros font la différence. Chaque soutien à la presse indépendante a du sens.

Faire Un Don