Bioéthique : qui tient les mutants à l'oeil ?

L’ « invention » en laboratoire d’une nouvelle souche du virus H5N1 de la grippe aviaire relance le débat sur l’encadrement des recherches à risque et sur leur publication dans les revues médicales.

En septembre 2011, Ron Fouchier, du centre Erasmus de Rotterdam, présente lors d’un congrès un virus H5N1 de la grippe aviaire transmissible entre mammifères, en l’occurrence chez le furet. Hautement surveillé par les autorités sanitaires mondiales parce que mortel chez l’homme dans plus de 50 % des cas, ce virus ne pouvait se transmettre entre humains jusqu’à ce jour. La nouvelle fait grand bruit. Les études présentées confirment l’éventualité de la transmission et entérinent la création du « monstre ».…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.