« Le cancer et la ruine »

Un an après Fukushima, des dizaines de milliers de personnes en France ont fait une chaîne pour protester contre le nucléaire.

Patrick Piro  • 15 mars 2012 abonné·es

Dimanche 11 mars, ils sont une trentaine à s’activer aux derniers préparatifs, dans le local de Bizi, la jeune et dynamique association écologiste du Petit-Bayonne. Sur les lieux mêmes où Sarkozy s’est fait conspuer le 1er mars, ce dont on n’est pas peu fier ici.

Place Saint-André, près de 500 personnes sont venues, en famille et parfois d’un peu loin, comme ce couple gersois, former une chaîne « pour sortir du nucléaire » un an après la catastrophe de Fukushima. « Fermez Garoña ! » , proclame un slogan. Alberto Frias, militant basque « du Sud » , dénonce le projet des autorités espagnoles de prolonger jusqu’en 2018 cette centrale, l’une des plus vieilles d’Europe avec 42 ans ­d’activité, située à une quarantaine de kilomètres de Vitoria-Gasteiz. « Je ne connaissais même pas son existence » , avoue un homme qui a travaillé des années au Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) avant de rejoindre les antinucléaires. Des membres de la chaîne, portant des panonceaux-lettres, forment les mots « centrale nucléaire »  : après réarrangement naît, sous les applaudissements, l’anagramme « le cancer et la ruine » .

Plusieurs manifestations ont été organisées en France. À Bordeaux, 1 500 militants ont fait la chaîne. Sur l’axe Lyon-Avignon, la grande mobilisation nationale a rassemblé quelque 60 000 personnes sur 230 kilomètres. On est venu de partout, et même des pays voisins. Une affluence qui a dépassé tous les espoirs des organisateurs du réseau Sortir du nucléaire. Ailleurs dans le monde, des dizaines de milliers de personnes ont manifesté ce 11 mars.

Écologie
Temps de lecture : 1 minute

Pour aller plus loin…

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines
Reportage 15 juillet 2024 abonné·es

Le lycée agricole de Melle, pépinière du mouvement antibassines

L’établissement des Deux-Sèvres voit mûrir au sein de son BTS gestion et protection de la nature une nouvelle génération d’activistes contre l’accaparement de l’eau. Ses élèves aux parcours sinueux trouvent dans ce terroir et son activité militante le déclic d’un engagement durable.
Par Sylvain Lapoix
L’écologie unie face à l’extrême droite
Écologie 25 juin 2024

L’écologie unie face à l’extrême droite

À l’initiative de Reporterre, de nombreuses ONG, penseurs écologistes et militants se sont réunis le lundi 24 juin à Paris. L’objectif : dénoncer l’imposture écologique de l’extrême droite et les dangers de son accession au pouvoir sur l’environnement.
Par Tristan Dereuddre
« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »
Entretien 17 juin 2024

« Le RN n’a rien compris aux leviers de la lutte contre le dérèglement climatique »

Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France revient sur la menace que représente l’extrême droite climatosceptique pour la transition écologique et sociale, et sur le rôle décisif de la société civile auprès du Nouveau Front populaire.  
Par Vanina Delmas
Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route
Analyse 12 juin 2024 abonné·es

Désenclavement : le mythe qui ne tient pas la route

Pour les défenseurs de l’autoroute A69, c’est la survie économique du territoire autour de Castres qui est en jeu. Mais quelles réalités néolibérales cet argument sans cesse brandi cache-t-il ?
Par Vanina Delmas