Sale temps pour les oiseaux

Le réchauffement a réduit les migrations des volatiles, les plaçant à la merci de brusques vagues de froid. Climatologues et ornithologistes s’associent pour mieux comprendre le phénomène.

Au Moyen Âge, les premiers naturalistes écrivaient que les oiseaux s’enterraient dans les marais ou les champs pour hiberner comme les marmottes. À la fin du XVIIIe siècle, puis au XIXe siècle, les observateurs de la nature ont compris que les oiseaux quittaient l’Europe ou la France pour des terres lointaines. Au cours de leurs voyages d’exploration, ils ont même retrouvé leurs oiseaux « français » en Afrique. La communauté naturaliste admettait progressivement que de nombreux oiseaux gagnent d’autres…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Un message positif

Éditorial accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents