Suicides : les dirigeants de La Poste accusés

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Les syndicats de La Poste ont vivement réagi après l’annonce d’un nouveau suicide le 11 mars
au sein du groupe. En six mois, trois salariés ont mis fin à leurs jours, le dernier étant un jeune cadre qui s’est suicidé sur son lieu de travail. Selon SUD-PTT, « une fois de plus, les conditions de travail, les réorganisations à La Poste, les méthodes managériales sont en cause » . La CGT dénonce une course au profit qui engendre une « véritable catastrophe humaine » . Après la défenestration d’une salariée en septembre 2011, l’inspection du travail avait conclu à une « faute caractérisée » des dirigeants de La Poste, accusés par SUD-PTT d’être « déconnectés des réalités des agents au quotidien » . Les syndicats demandent l’arrêt des réorganisations et pressions managériales.


Haut de page

Voir aussi

Depuis 2018, on « revient à l’école de l’ordre, plus verticale »

Société accès libre
par ,

 lire   partager

Articles récents

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.