Des patients héroïques

Dans Je suis, Emmanuel Finkiel filme des personnes au cerveau lésé, en phase de reconstruction.

Il a les yeux fixes, grands ouverts, un peu effarés, le visage est sans expression. Il s’appelle Christophe, il était professeur de tennis pour enfants. Il a un hématome au cerveau qui filtre toutes ses émotions. Un autre patient s’appelle Christophe. Il est le père d’un petit garçon pour lequel il a voulu monter une balançoire dans son jardin. Un des portiques lui est tombé dessus. Grave traumatisme crânien. Christophe ne supporte plus de se voir dans un miroir parce qu’il a les yeux divergents et la…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.