Dossier : Experts en économie : bas les masques !

Économie : l’imposture des experts

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Pendant que l’hymne à la rigueur, louant les vertus de la « discipline budgétaire » et des plans d’austérité infaillibles, domine le débat public, un petit cercle d’économistes vedettes est appelé à la rescousse pour faire part de ses réflexions sur la crise européenne de la dette qu’il n’a pas vu venir. Leur analyse est inspirée du modèle libéral dominant. Les États doivent se présenter devant le tribunal des marchés financiers et respecter rigoureusement leurs lois : réformes fiscales favorables aux revenus du capital, baisse des dépenses publiques, flexibilité, privatisations…

Ces experts, cités dans ce dossier, prônent le plus souvent
la poursuite de la libéralisation économique et le maintien d’un modèle pourtant à bout de souffle. Ce sont également des universitaires rétribués par des banques ou de grandes entreprises. Cet « engagement » méconnu, souvent dissimulé, a été révélé dans un livre, les Imposteurs de l’économie,
ainsi que dans une enquête du Monde diplomatique, qui décrivent la collusion entre ces universitaires et nombre d’institutions financières, et le dogmatisme qui règne dans la science économique.

« Le pluralisme des théories, des objets et des méthodes, pourtant essentiel au débat scientifique et citoyen, est ainsi mis dans le plus grand des périls » , prévient l’Association française d’économie politique. Conflits d’intérêt et « pensée unique » révèlent aussi un désarroi intellectuel. La crise économique et financière que nous traversons est celle d’une doctrine de l’efficience des marchés, au fondement du capitalisme. Elle a été, et demeure, incapable de penser la crise. Il est encore temps que le politique reprenne la main sur la finance.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents