François Hollande : « Le changement, c’est moi ! »

Qu’il s’agisse de l’énergie, de l’Europe ou du social, François Hollande préfère penser en termes de réformes déterminées mais non brutales. De quoi opérer la rupture espérée avec le sarkozysme ?

À dix jours du premier tour de la présidentielle, nous avons interrogé François Hollande sur un certain nombre de questions qu’il traite peu, nous semble-t-il, ou pas du tout, comme l’écologie, la réforme des institutions ou encore la réorganisation des Nations unies. Nous l’avons aussi interrogé sur la percée de Jean-Luc Mélenchon. Sur ce dernier point, le candidat socialiste en reste à l’argument du vote utile. Il se présente comme le seul qui puisse réaliser le changement. Oui, mais quel changement ? Et…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 5€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notifications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.