La stratégie de la haine

Ce premier tour de la présidentielle peut se résumer à quelques évidences : un taux de participation finalement dans la moyenne de ce genre d’exercice ; un président sortant qui subit un camouflet ; un Front national plus fort que jamais ; un vote Mélenchon qui, après avoir tutoyé les sommets, se tasse en fin de campagne ; un centre-droit laminé ; et un vote écolo honorable dans une élection peu favorable. Mais quand on a dit ça, on n’a pas dit grand-chose. La grande question demeure : pourquoi ? Pourquoi,…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents

Campagne d’appel à dons

Appel à dons : Politis a besoin de vous !
Consultez la page dédiée à la campagne

YesYes se tient plus que jamais à votre service !

Souhaitez-vous recevoir les notifications de la rédaction de Politis ?

Ces notfications peuvent être facilement desactivées par la suite dans votre navigateur.