Un canular en or

Les Yes Men se sont fait passer pour la Bank of America afin de dénoncer la finance.

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Le 18 avril, l’agence de presse Dow Jones Newswires publie un communiqué signé de la Bank of America annonçant le lancement d’une campagne baptisée « Your Bank of America ». La vénérable institution financière (née en 1929 ) explique qu’elle souhaite consulter les citoyens américains sur ce qu’ils attendent du fonctionnement d’une banque.

Sur le site associé bank-of-you.com, une lettre du directeur exécutif, Brian T. Moynihan, explique : « Il est temps de reconnaître que notre banque ne fonctionne plus, non seulement pour le marché, mais pour les gens, pour nos vrais clients. » Et d’évoquer les milliards payés en amendes, les procédures judiciaires en cours, les investissements impopulaires dans le charbon, la chute des actions depuis 2008…

« Les institutions que vous avez sauvées en 2008 ont continué avec les mêmes pratiques qui avaient amené notre économie au bord du gouffre, avoue Moynihan. Pour être certains que, cette fois-ci, les choses changent, nous lançons un forum grâce auquel vous, les contribuables américains, pourrez préparer ce moment où vous deviendrez les propriétaires de votre banque. »

L’opération est bien sûr un canular, signé par le Yes Lab (initiative des Yes Men, des pros du détournement politique), associé à des ONG comme Rainforest Action Network, New Bottom Line, Alternative Banking Working Group et des membres d’Occupy Wall Street. Le communiqué n’est resté que deux heures en ligne, mais un second faux communiqué de la Bank of America avouant l’arnaque était publié dans la foulée. Le site, que la banque semble avoir signalé comme une tentative de phishing, a été blacklisté par Firefox et Google Chrome, avant d’être rétabli à la demande de milliers d’internautes.

Certaines des accusations portées contre le deuxième établissement bancaire américain sont pourtant bien réelles. Bank of America est poursuivie pour falsifications, vente de produits frauduleux et frais abusifs par des fonds d’investissement, des assurances, des fonds de pension, des déposants, et même par le gouvernement fédéral.

La publication, le lendemain, des résultats trimestriels de la banque a confirmé sa mauvaise santé financière : les profits du premier trimestre dégringolent de 68 %, passant de 2,05 milliards de dollars pour la même période en 2011 à 653 millions en 2012. « Le travail d’une banque, ce n’est pas d’investir votre argent dans des choses que vous détestez, de détruire les communautés en difficulté avec des crédits prédateurs, puis de menacer de faire chuter l’économie globale si vous refusez de la soutenir », explique Logan Price, l’un des créateurs du site. François Hollande, qui a promis une réforme du secteur bancaire, devrait aller faire un tour sur le forum.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents