Cannes : Un palmarès sauvé par l’ "Amour"

Le film de Michael Haneke est justement récompensé, mais pourquoi tant de prix à des cinéastes déjà primés dans le passé ?

Il sera beaucoup pardonné à Nanni Moretti car il est immense. Mais enfin, en tant que président du jury à Cannes, il n’aura brillé ni par son audace ni même par sa pertinence. « Grand cinéaste, mauvais président » : le dicton est hélas vérifié, que seuls Cronenberg en 1999 avec Rosetta, des frères Dardenne, Tim Burton en 2010 avec Oncle Boonmee, d’Apichatpong Weerasethakul, et quelques autres ont démenti. L’auteur de La messe est finie avait suscité des espoirs, plaçant la barre haut dès avant le festival.…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents