Droit d’asile : grève des audiences

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Des avocats plaidant à la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) à Paris ont entamé une grève
des audiences lundi 14 mai, pour dénoncer une politique du chiffre qui les oblige à traiter les affaires dans l’urgence. La CNDA permet
aux demandeurs d’asile d’attaquer
les décisions de l’Office de protection des réfugiés et apatrides (Ofpra), chargé de l’attribution du statut
de réfugié. Dépendant du ministère de l’Intérieur, l’Ofpra répond favorablement à moins de 10 % des demandes. Les avocats
en grève réclament également
le respect d’une directive européenne qui impose la possibilité d’avoir un interprète pour les demandeurs d’asile. Bien souvent, les avocats plaident la cause de personnes avec lesquelles ils ne peuvent communiquer.


Haut de page

Voir aussi

Articles récents