Dossier : La nature en Bourse

Les perversions de l’économie verte

En 1992, Rio avait accueilli le Sommet de la Terre, plus importante réunion de chefs d’État à se pencher sur l’état de la planète. On y avait adoubé, plein d’espoir, le « développement durable », sorte de compromis entre la préservation de l’environnement, l’accroissement du bien-être social et la prospérité économique. Trois grandes conventions de protection avaient été lancées, pour le climat, la biodiversité et les forêts. Seule la première a connu une concrétisation, fort modeste, avec le protocole de…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents