Oser repenser le conflit israélo-palestinien

La partition est-elle une solution ? Éric Hazan et Eyal Sivan plaident à l’inverse pour un « État commun », de la Méditerranée au Jourdain.

L’idée n’est pas nouvelle. L’hypothèse d’un État commun partagé entre Juifs et Arabes a été avancée dès 1926 par l’organisation sioniste Brit Shalom, où se côtoyaient des intellectuels comme Gershom Sholem, Martin Buber ou Hannah Arendt. Elle est longtemps apparue comme plus « réaliste » que la partition de l’étroit territoire qui va de la Méditerranée au Jourdain. La guerre et le génocide ont finalement imposé sur la scène internationale la création d’un État pour les Juifs, dont les sionistes ont fait un…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents