Pas encore Thermidor en Égypte…

Denis Sieffert  • 31 mai 2012 abonné·es

Il n’aura pas fallu très longtemps pour que les révolutions arabes tombent en disgrâce sous la plume de la plupart de nos commentateurs. En dix-huit mois, nous sommes passés d’un engouement un peu puéril à une franche hostilité. Le résultat du premier tour de la présidentielle en Égypte, venant après des législatives dans ce même pays et les élections tunisiennes, ne fait pourtant que confirmer ce que

Envie de terminer cet article ? Nous vous l’offrons !

Il vous suffit de vous inscrire à notre newsletter hebdomadaire :

Vous préférez nous soutenir directement ?
Déjà abonné ?
(mot de passe oublié ?)

Une analyse au cordeau, et toujours pédagogique, des grandes questions internationales et politiques qui font l’actualité.

Temps de lecture : 4 minutes