Pas encore Thermidor en Égypte…

Il n’aura pas fallu très longtemps pour que les révolutions arabes tombent en disgrâce sous la plume de la plupart de nos commentateurs. En dix-huit mois, nous sommes passés d’un engouement un peu puéril à une franche hostilité. Le résultat du premier tour de la présidentielle en Égypte, venant après des législatives dans ce même pays et les élections tunisiennes, ne fait pourtant que confirmer ce que l’on pressentait : le moment venu, ce sont les forces les mieux structurées, les plus anciennes et les…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé aux abonnés

Pour lire cet article :

Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents