Sang de cordon : sauver plus de vies

La France doit développer les biobanques solidaires de sang ombilical.

Noëlle Guillon  • 3 mai 2012 abonné·es

Le sang de cordon ombilical permet, grâce à la technique de la greffe, de sauver des vies, et son prélèvement est sans danger pour la mère et l’enfant. Le don, anonyme, gratuit et non dirigé, alimente des biobanques dans lesquelles des échantillons sont mis à la disposition de patients atteints de maladies hématologiques ou génétiques. Le procédé, développé depuis une vingtaine d’années, permet d’éviter de douloureuses et coûteuses greffes de moelle.

Dans un avis rendu public le 19 avril, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) précise que le développement des biobanques de sang de cordon est insuffisant en France, et insiste sur l’importance qu’elles soient solidaires et à but non lucratif, qu’il s’agisse d’organismes privés ou publics.
L’Agence de biomédecine entend passer d’un stock de 16 500 échantillons à 50 000. Des objectifs difficiles à atteindre. « Une soixantaine de maternités se sont fait agréer mais toutes ne sont pas encore en état de marche. Car la montée en charge ne peut pas se faire à coûts constants, pointe Patrick Gaudray, rapporteur du CCNE. Il faut revaloriser la rémunération forfaitaire de l’acte pour avoir un personnel dédié. Actuellement, elle est à 90 euros pour un acte qui revient en réalité à 200 euros. »

Le cadre doit rester contrôlé pour protéger la sécurité de l’accouchée. « Pour le moment, le CCNE n’a relevé aucun problème, mais il peut y avoir un danger de sécurité au sein des biobanques à but lucratif », craint le spécialiste. Des banques privées proposent en effet, moyennant parfois plus de 2 500 euros, de prélever le sang de cordon ombilical et de le conserver pendant des années, dans des conditions non contrôlées, pour un éventuel futur usage pour l’enfant lui-même devenu adulte.

« Dans ce cadre, il n’y a aucune indication de traitement avec le sang de cordon. Ces banques, interdites en France, mais qui démarchent quand même dans les maternités, sont à proscrire », prévient Patrick Gaudray. Le CCNE encourage plutôt la recherche sur le placenta et le cordon lui-même pour de futurs traitements en médecine régénérative.

Seule petite entorse à la règle solidaire, le sang de cordon pourra être utilisé en priorité pour les frères et sœurs, pour traiter par exemple drépanocytose et thalassémies. « Mais il n’y aura pas d’ouverture au tout-­familial, dans une démarche de capitalisation égoïste. Ce sera fait dans un cadre précis et pas de manière prolongée. Il s’agit d’un traitement du jeune enfant. Si l’échantillon n’est pas utilisé, il sera mis à disposition d’autrui », précise Patrick Gaudray. Là encore, la non-lucrativité doit être la règle.

Société
Temps de lecture : 2 minutes

Pour aller plus loin…

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France
Presse 28 mai 2024 abonné·es

Un observatoire pour recenser les atteintes à la liberté de la presse en France

L’Observatoire français des atteintes à la liberté de la presse (Ofalp) s’est lancé le 24 mai lors d’une rencontre publique, réunissant citoyens et journalistes. Il entend recenser et rendre publiques les entraves au droit d’informer, en publiant un rapport annuel.
Par Clémence Le Maître
Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »
Palestine 28 mai 2024 abonné·es

Rafah : « J’attends de l’État français qu’il dénonce ce génocide »

Environ 10 000 personnes se sont rassemblées dans la soirée du lundi 27 mai dans les rues de Paris, suite au bombardement d’un camp de déplacés à Rafah. D’autres manifestations en France ont eu lieu. La frappe israélienne, qui a eu lieu la veille au mépris du droit international, a tué au moins 45 réfugiés palestiniens.
Par Tristan Dereuddre
Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention
Reportage 27 mai 2024 abonné·es

Après l’expulsion du squat « En gare » à Montreuil, un homme maintenu en rétention

Suite à l’action des forces de l’ordre le 23 mai, deux personnes ayant reçu des OQTF ont été placées 48 h en rétention administrative à Bobigny. Le lendemain, Politis s’y est rendu avec Alexis Corbière, député LFI exerçant son droit de visite. Depuis, l’un des hommes a pu sortir, l’autre a été transféré en centre de rétention administrative.
Par Pauline Migevant
L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers
Entretien 24 mai 2024 abonné·es

L’expulsion du « En Gare » à Montreuil menace des sans-papiers

Une vingtaine de personnes, pour la plupart sans papiers, vivaient dans ce squat montreuillois. Elles risquent d’être expulsées du pays, craint un coordonnateur du lieu qui nous expose les raisons et conséquences de cette opération de police.
Par Pauline Migevant