À contre-courant / La nature n’est pas à vendre

À l’heure où ces lignes seront publiées, la conférence Rio+20 aura fermé ses portes.

À l’heure où ces lignes seront publiées, la conférence Rio+20 aura fermé ses portes. Depuis plusieurs années, les négociations internationales n’avancent pas sur les sujets brûlants, notamment sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre qui réchauffent le climat. C’est dire combien la stratégie de développement soutenable, décidée il y a vingt ans, a du plomb dans l’aile. Mais l’imagination des experts de l’ONU, de l’OCDE et de la Banque mondiale est débordante. Ils ont concocté le projet…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents