À contre-courant / Quel redressement productif ?

Les annonces de plans sociaux se multiplient depuis le début du nouveau quinquennat : ArcelorMittal, Air France, Crédit agricole, Carrefour… La liste est longue. Les directions des entreprises ont attendu que l’horizon politique se dégage pour appliquer leurs projets plutôt que d’engager des négociations en amont avec les organisations syndicales afin d’éviter la fermeture d’un site ou le « dégraissage » massif des effectifs. Comme l’indique Jean-Louis Beffa, ancien patron de Saint-Gobain, il existe deux…
   Pour lire la suite de cet article, identifiez-vous ou créez un compte :

Article réservé

Pour lire cet article :

Je choisis un pack
Achetez un pack de crédits
pour accéder à cet article.
Consultez nos offres d’abonnement,
à partir de 8€/mois.
Déjà abonné(e) ?
Identifiez-vous.

Vous pouvez aussi acheter le journal contenant cet article ici

Haut de page

Voir aussi

Articles récents